Le vignoble est mené en “production intégrée”, une approche globale qui vise à préserver la vie des sols et à limiter les traitements.
L’entretien traditionnel des sols
Nous sommes particulièrement attentifs à la qualité et à la vie des sols qui conditionnent l’équilibre sol/plante. Nous les travaillons sur le mode traditionnel des quatre façons*, une formule respectueuse qui favorise la vie microbienne souterraine. Nos fumures visent à atteindre un équilibre nutritionnel afin d’éviter l’excès de vigueur préjudiciable à la concentration de nos raisins. * deux labours de chaussage des ceps et deux de déchaussage, complétés par un décavaillonnage manuel et un entretien manuel de l’interligne.
Des apports raisonnés de fumure
Le choix de l’apport nutritif à la vigne est une question très complexe. Nous recherchons donc à atteindre un équilibre proche de la carence sans franchir cette limite fixée par la plante elle-même. Nous restituons donc chaque année aux sols les quantités précises de matière organique disparues au cours de la minéralisation.
Le choix des engrais
Le choix des engrais se fait en fonction de l’impact environnemental estimé par de nouvelles méthodes basées sur l’analyse du cycle de vie. Nous compostons nous-mêmes tous les résidus organiques du domaine (bois de tailles, rafles, tontes des espaces verts, etc.) pour les réincorporer ensuite au vignoble.
· Décompacter naturellement par l’intermédiaire du système racinaire des plantes semées, le sols argileux ou sensibles au tassement ·Assurer portance des tracteurs au printemps ·Apporter humus par minéralisation de ce sengrais verts après enfouissement au printemps et donc tenter de supprimer ou d’alléger au moins les apports de fertilisants ·Vie des sols et biodiversité des paysages
La protection intégrée du vignoble : vers un objectif « zéro résidus »
Contre les maladies de la vigne, nous menons une stratégie de protection intégrée qui repose sur un principe simple : intervenir le plus en amont possible pour limiter le développement des parasites puis utiliser le bon produit de défense, au bon moment. On l’appelle ainsi car elle combine l’ensemble des moyens disponibles : méthodes de régulation naturelle, agents biologiques, mesures culturales et traitements raisonnés. Les recherches de l’Inra sur les parasites de la vigne et leurs régulateurs naturels nous permettent aujourd’hui de mieux cibler notre action et de modérer le nombre de passages de nos tracteurs dans les rangs de vigne. Nous limitons donc non seulement les traitements mais aussi le tassement des sols et les émissions de CO2.
Règle de décision L’application de produit phytosanitaire est raisonnée grâce à un système de règles de décision qui prend en compte l’évolution des symptômes (seuil de tolérance), les paramètres du climat et le stade de développement de la vigne.
Confusion sexuelle
C’est à Couhins que fut mise au point la méthode de la confusion sexuelle dans la lutte contre la chenille de la grappe : un parasite qui perfore le baies de raisins. Cette technique vise à perturber de manière biologique la reproduction des papillons à l’origine de ces vers en diffusant dans l’air une substance identique (phéromone) à celle qu’émettent les papillons femelles.
En 2010, le château Couhins a intégré un groupe pilote d’exploitations viticoles de Bordeaux chargé de démontrer l’intérêt et la faisabilité de la démarche environnementale SME. Un SME est un outil de gestion visant à réduire l’impact environnemental d’une entreprise. Il est basé sur le principe de l’amélioration continue. En clair, l’entreprise évalue l’impact de ses activités sur l’environnement, se fixe des objectifs et réduit progressivement et durablement ses impacts. Cela se traduit concrètement sur les consommations d’énergie, sur le tri et le recyclage des déchets, sur les intrants, les modes de lutte antiparasitaire, les modes de culture, la protection de la santé des salariés, des riverains et des consommateurs, l’amélioration des conditions de travail des salariés et, bien entendu, par l’intégration de certaines bonnes pratiques. Les 27 entreprises du groupe pilote réunies en association loi 1901 « 1ère association pour le SME des vins de Bordeaux » ont obtenu la certification ISO 14001, dont la remise du certificat s’est déroulée lors de Vinexpo le 23 juin 2011, soit un an après le démarrage de cette démarche.